« Frères et sœurs, maintenant que cet éminent pasteur est parti… il nous laisse un lourd héritage »

Dans son homélie , le Cardinal Fridolin Ambongo invite les congolais de partout , au vivre ensemble et  à la continuité du combat amorcé par le cardinal Mosengwo.

« Frères et sœurs, maintenant que cet éminent pasteur est parti… il nous laisse un lourd héritage. Le meilleur chemin pour honorer la mémoire du cardinal Laurent Monsengwo, c’est sans doute ce que nous faisons avec solennité, avec dignité. Mais l’hommage le plus important que nous apporterons à ce grand homme qui nous quitte, c’est de continuer son combat et d’accomplir l’œuvre de Dieu pour notre humanité… L’œuvre de Dieu aujourd’hui… c’est de voir l’Afrique, c’est de voir le Congo debout, uni et prospère. C’est de voir les fils et filles de ce grand continent et de ce grand pays sans disctinction des langues, de tribus, de religion, de classe sociale se donner la main pour faire reculer les frontières de l’injustice, de l’égoïsme, de l’exploitation des pauvres et s’engager à bâtir dans la paix ce Congo de nos rêves tel que nous chantons dans notre hymne », a indiqué le cardinal Fridolin Ambongo.

Le successeur du cardinal Monsengwo estime que la meilleure façon de rendre hommage à l’archevêque émérite de Kinshasa est de voir les dirigeants africains et Congolais se considérer comme des humbles serviteurs pour le bien et le bonheur des populations. 

« L’œuvre de Dieu pour la renaissance et aussi du continent africain pour lequel le cardinal Monsengwo a consacré toute sa vie, c’est de voir nos dirigeants ne pas se considérer comme des propriétaires de nos pays mais comme des humbles serviteurs pour le bien et le bonheur des populations. La meilleure façon d’honorer la mémoire de ce personnage qu’est Laurent, c’est de s’engager résolument pour que les richesses immenses dont Dieu a domptées notre pays servent réellement au bien de nos populations et non à un petit groupe des privilégiés. On ne peut rendre hommage à la mémoire du cardinal Laurent si on laisse la population croupir dans la misère alors que les gouvernants vivent dans l’opulence et l’impunité. Honorer la mémoire du cardinal Monsengwo c’est aussi devenir des artisans de paix, de Justice, de l’instauration de l’état de Droit pour que le vivre ensemble dans la paix et la réconciliation nationale soit possible en Afrique et au Congo », a-t-il poursuivi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 × 20 =