“ j’appartiens à une église “ “qu’elle église “ ? “L’église de Satan “

La glossolalie (du grec ancien « langue » et « bavarder »est le fait de parler ou de prier à haute voix dans une langue ayant l’aspect d’une langue étrangère, inconnue de la personne qui parle, ou dans une suite de syllabes incompréhensibles Elle se distingue de la xénoglossie ou xénolalie qui est le fait de parler, sans l’avoir apprise, une langue existante.Des phénomènes de glossolalie ont été rapportés entre autres dans le christianisme, le chamanisme et le spiritisme

Dans le chritianisme.

Pour les chrétiens, la glossolalie correspond notamment au « parler en langues » (langues existantes), phénomène décrit dans les Actes des Apôtres (II, 6 sq.). Il s’agit parfois de la « langue des anges » (glossolalie vraie). Paul insiste sur l’interprétation des langues dans la première épître aux Corinthiens.

Droit des tiers

Ce mouvement émerge au tout début du XXe siècle aux États-Unis. Les premiers pentecôtistes, réunis au sein de l’institut biblique du pasteur revivaliste Charles Parham, à Topeka dans le Kansas, cherchent à vivre l’expérience des premiers chrétiens. L’étude poussée des Actes des apôtres les convainc que le don des langues est le signe manifeste du “baptême du Saint-Esprit”.

Le mouvement des langues a amené une telle confusion ,division des églises que l’église luthérienne américaine se sentit forcée d’établir une commission pour l’étude du parler en langue . La Commision était composée des psychiatres , théologiens et spchhologues leurs rapport à fourni d’excellentes indications sur la question du parler en langue. Il semble presque que le mouvement charismatique soit l’arme la plus dangereuse de satan sur Le camps des croyants . Mais il faut appuyer fortement qu’il se trouve dans deux mouvements nommés beaucoup de croyant qui par manque de discernement n’en sorte pas . Un pasteur américain explique Qu’en mai 1975 dans l’église du Dr. Kenner Moon en Floride il eu un cas difficile de cure d’âme il traita une femme qui parlait en langue . Il l’a rendit attentive au fait que derrière le son des langues se cachent souvent des esprits spirites , “comme il priait de nouveau en langue , le missionnaire lui demanda “Toi , esprit qui parle en langue confesse-tu que christ est venu en chair”? D’abord aucune réponse ne vint il sommat en suite l’esprit dit , pendant que la femme n’avait pas tout son état conscient “ j’appartiens à une eglise “ le missionnaire ne lâcha pas prise : “qu’elle eglise “ ? “L’église de Satan “ fut l’étonnante réponse
Paul Nous montre dans 1 corinthiens 12:29-30 que tous les dons ne viennent pas sur tous , les dons sont variés , il arrive que les démons se donnent pour le saint esprit ou pour Jésus .
Dans la série Au nom du père, Le pasteur August se fait exclure de l’église par son évêque pour avoir eu une crise de glossolalie lors d’une prière.


Spiritisme

Dans« De Frederica Hauffe, surnommée la « voyante de Prevorst » à Élise Muller, mieux connue sous son pseudonyme d’Hélène Smith, le xixe siècle a vu se multiplier le nombre des médiums spirites et plus ou moins hystériques, presque toujours des femmes, qui communiquaient avec l’au-delà dans une « logorrhée glossolalique » A noter que dans le cas de Hélène Smith, il semble plutôt que ses glossolalies furent la conséquence d’une réaction iatrogène ; en outre, la patiente de Flournoy, observée par Saussure, ne communiquait pas avec « l’au-delà » tel qu’on peut l’entendre généralement : un discours avec les morts, mais avec Mars, puis Ultra Mars, puis elle communiqua en sanskrit

S’il est pratiqué par les pentecôtistes et les chrétiens charismatiques, la légitimité du don des langues divise au sein même du monde évangélique.

Dans un billet de blog publié au mois de janvier , l’historien Sébastien Fath estimait à 660 millions le nombre d’évangéliques dans le monde, sur quelque 2,5 milliards de chrétiens. Plus d’un quart des chrétiens, en somme, sont évangéliques. Et pourtant… Et pourtant parler des évangéliques peut prêter à confusion. Car malgré d’évidents traits communs, la nébuleuse évangélique est parcourue par de réelles lignes de fracture, souvent méconnues du grand public. Ces discordances font de l’évangélisme tout l’opposé d’un bloc monolithique.

Un rituel bien défini

Des lignes de clivage existent aussi entre pentecôtistes classiques, représentés en France par les Assemblées de Dieu (ADD), et certains mouvements charismatiques. “Chez les ADD, qui ont une forte conception de l’autorité pastorale, le parler en langues est très encadré par le pasteur, note Philippe Gonzalez. Dans les milieux charismatiques, la pratique est moins contrôlée. Certains pentecôtistes estiment que les dons qui s’expriment ne sont alors pas suffisamment ancrés bibliquement.”
D’un point de vue plus anthropologique, ajoute le chercheur, il est frappant de constater que la glossolalie correspond souvent à un rituel bien défini. “Je pense que le parler en langue relève de la transe, un mode d’attention bien plus développé qu’on ne le pense chez l’humain. Lors des cultes pentecôtistes et charismatiques, les fidèles ne se mettent pas à parler en langues à n’importe quand. Ils sont mis en condition, ce qui est le propre d’une liturgie très codifiée. Cela peut sembler paradoxal, car les protestants en général et les évangéliques en particulier se méfient des institutions et de la liturgie.”

Sources : wikipédia , livre :Ruse du diable , autres articles .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 24 =